You are currently viewing Virus de Marburg : Symptômes et Transmission
Virus de Marburg

Virus de Marburg : Symptômes et Transmission

Virus de Marburg : la maladie à virus de Marburg (MVD) est une fièvre hémorragique rare mais grave qui affecte à la fois les humains et les primates non humains. En effet, la MVD est causée par le virus de Marburg, un virus à ARN zoonotique (ou d’origine animale) génétiquement unique de la famille des filovirus. Les six espèces de virus Ebola sont les seuls autres membres connus de la famille des filovirus. Pour la première fois en Afrique de l’Ouest, et la première fois en Guinée, le virus Marburg a été détecté.

Merci de NOUS JOINDRE !

Virus de Marburg : Transmission

Les origines de la propagation du virus de Marburg de son hôte animal à l’homme sont encore inconnues. Cependant, pour les 2 cas de touristes visitant l’Ouganda en 2008, le contact non protégé avec des excréments de chauve-souris infectés ou des aérosols sont les voies d’infection les plus probables.

Après ce croisement initial du virus de Marburg  de l’animal hôte à l’homme, la transmission se produit par contact de personne à personne. Ainsi, le virus se propage par contact direct avec :

  • sang ou fluides corporels (urine, salive, sueur, selles, vomissures, lait maternel, liquide amniotique et sperme) d’une personne malade ou décédée de la maladie à virus de Marburg,
  • objets contaminés par des fluides corporels d’une personne malade ou décédée de la maladie à virus de Marburg (tels que des vêtements, de la literie, des aiguilles et du matériel médical),
  • sperme d’un homme qui s’est rétabli de la MVD (par des relations sexuelles orales, vaginales ou anales). Le virus peut rester dans certains fluides corporels (y compris le sperme) d’un patient qui s’est rétabli de la MVD, même s’il ne présente plus de symptômes de maladie grave. Il n’y a aucune preuve que le virus de Marburg puisse se propager par le biais de relations sexuelles ou d’autres contacts avec les sécrétions vaginales d’une femme qui a eu une MVD.

En définitive, les données sur le virus Marburg sont limitées. Cependant, comme le virus de Marburg appartient à la même famille que le virus qui cause la maladie à virus Ebola, on peut supposer que la persistance du virus dans les fluides corporels peut être similaire.

Virus de Marburg
               Virus de Marburg

Symptômes et Signes

Après une période d’incubation de 2 à 21 jours, l’apparition des symptômes du virus est soudaine et marquée par :

  • de la fièvre,
  • des frissons, des maux de tête et des myalgies.

Vers le cinquième jour après le début des symptômes, on constate :

  • une éruption maculopapuleuse, plus importante sur le tronc (poitrine, dos, estomac), peut survenir,
  • des nausées, des vomissements, des douleurs thoraciques, un mal de gorge, des douleurs abdominales et de la diarrhée peuvent apparaître.

Les symptômes du virus de Marburg deviennent de plus en plus graves et peuvent inclure :

  • une jaunisse,
  • une inflammation du pancréas,
  • une perte de poids sévère, un délire, un choc, une insuffisance hépatique,
  • une hémorragie massive et un dysfonctionnement de plusieurs organes.

« Les taux de létalité du virus de Marburg ont varié de 24 % à 88 % lors des épidémies précédentes, en fonction de la souche virale et de la gestion des cas« , souligne l’OMS. Elle provient des chauves-souris frugivores et se transmet entre hommes via le contact direct avec les fluides corporels, comme Ebola. Les surfaces et matériaux contaminés peuvent aussi transmettre la maladie.

Virus de Marburg
               

Le diagnostic clinique de la maladie de Marburg (MVD) peut être difficile. En effet, de nombreux signes et symptômes de la MVD sont similaires à d’autres maladies infectieuses telles que :

  • le paludisme ou la fièvre typhoïde) ou à
  • des fièvres hémorragiques virales qui peuvent être endémiques dans la région (telles que la fièvre de Lassa ou Ebola).

Il n’y a, pour l’heure, ni traitement, ni remède approuvé pour lutter contre la maladie de Marburg. Certaines options peuvent permettre d’améliorer les chances de survie.

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez Captcha ici : *

Reload Image