You are currently viewing polype utérin traitement naturel

polype utérin traitement naturel

polype utérin traitement naturel

Définition de polypes utérins

Les polypes utérins sont des tumeurs bénignes, rarement cancéreuses détectées au niveau de l’endomètre. Soumises aux variations du cycle menstruel, ces tumeurs peuvent se développer seules ou apparaitre en groupe. Il existe deux types de polypes à savoir :

  • Les polypes utérins encore appelés polypes de l’endomètre : ce sont des masses ou des lésions de la paroi de l’endomètre (paroi utérine) qui se produisent chez environ 10% des femmes ;
  • Les polypes du col de l’utérus : ce sont des excroissances lisses, généralement bénignes qui sont présentes sur le col de l’utérus ou dans le passage entre le vagin et l’utérus.

Les polypes touchent environ 25% des femmes qui souffrent de saignements vaginaux anormaux. Il est préférable de faire un suivi médical adapté de ces polypes dès qu’ils se manifestent pour éviter les récidives. Les experts du centre de phytothérapie Ndiasanté, mettent à votre disposition, à travers cet article, un traitement naturel entièrement fait à base de plantes médicinales pour vous aider à soigner définitivement les polypes utérins.

Cliquez sur ce lien pour découvrir ce remède

Pour contacter l’équipe de nos experts, joignez-nous (appel comme Whatsapp) sur le : 0022990431727

Nous livrons partout dans le monde

Causes des polypes utérins

Scientifiquement parlant, il n’existe pas de cause exacte au développement des polypes utérins. Néanmoins, les experts de la santé s’accordent sur le fait que les polypes utérins sont sensibles aux hormones féminines en particulier les œstrogènes. En effet, les polypes se développent aux dépens de la muqueuse utérine et de ce fait, ils réagissent aux hormones de la même manière que cette dernière. En état de grossesse de la femme, les polypes ont tendance à rapidement se développer à cause du taux d’hormone qui atteint un pic très élevé. Mais quand le niveau d’hormone est bas ou sous l’influence de médicaments antihormonal, ils rétrécissent. Et quand une femme atteint la ménopause, les polypes rétrécissent jusqu’à disparition totale. Hormis les fluctuations hormonales, d’autres facteurs peuvent accroitre le risque de développer des polypes. Il s’agit entre autre de :

  • L’âge: le risque de développer des polypes s’accroit avec l’âge surtout entre 30 et 40 ans jusqu’à la ménopause. Après la ménopause, ils de contractent et disparaissent ;
  • Antécédents familiaux : si un membre de votre famille directe a souffert de polypes utérins, vous avez trois fois plus de chance d’en souffrir également ;
  • Origine ethnique : environ 80% des femmes noires ou afro-américaines développent les polypes contre 70% de femmes blanches, hispaniques et asiatiques ;
  • L’obésité: les femmes obèses ou en surpoids sont plus à risques de développer les polypes ;
  • Hypertension

Certaines études indiquent qu’une infection ou une inflammation chronique de l’utérus sur le long terme peut également causer des polypes utérins. En plus de l’utérus, les polypes peuvent envahir d’autres organes du corps comme la vessie, le colon, l’estomac, le vagin,….

Symptômes et conséquences des polypes utérins

Les polypes utérins sont souvent asymptomatiques. Mais certains signes peuvent révéler leur présence. Il s’agit notamment de :

  • Saignements vaginaux anormaux entre deux règles (métrorragie) ;
  • Règles trop abondantes (ménorragie) ;
  • Pertes génitales abondantes (leucorrhée)

La conséquence majeure des polypes utérins est l’infertilité. Les polypes se produisent dans l’endomètre, or l’endomètre est le tissu qui tapisse les parois de l’utérus et nourrit l’ovule fécondé. En présence de polypes, la forme de la cavité utérine change ce qui empêche l’embryon de s’implanter, d’où les fausses couches répétitives et même l’infertilité.

 

Diagnostic des polypes utérins

Les polypes utérins sont diagnostiqués fortuitement lors d’un bilan de fertilité, ou par hasard lors d’une échographie pelvienne ou encore lors d’une consultation gynécologique de routine. Après que le diagnostic soit posé, il est pratiqué plusieurs examens afin de trouver le mode de traitement adéquat. La série d’examens réalisés regroupe une échographie pelvienne faite de préférence quelques jours après les règles et une hystéroscopie associée à une biopsie de l’endomètre. Ces examens permettent d’une part de vérifier l’existence d’un lien entre la présence des polypes et des symptômes signalés et d’autre part d’apprécier le reste de l’utérus afin de vérifier l’existence ou non d’autres pathologies associées. Dans cet article, nous parlons de « polype utérin traitement naturel ».

Traitement des polypes utérins

De manière générale, le traitement des polypes utérins passe par l’ablation chirurgicale de ces polypes grâce à une hystéroscopie opératoire. Mais dans certains cas, un traitement médicamenteux par des progestatifs peut les faire disparaitre surtout s’il s’agit de polypes de petites tailles d’aspects muqueux.

En ce qui concerne l’ablation, chez une jeune femme désireuse de grossesse, l’ablation est réalisée en prenant toutes les précautions pour préserver ses capacités de fécondation. Par contre, chez les femmes âgées de plus de 45 ans ou celles chez qui il existe un risque de lésions cancéreuses débutantes, il est préférable de retirer toute la muqueuse utérine afin d’éviter tout risque de récidive. Après l’intervention, l’ensemble des éléments retirés est analysé en laboratoire pour confirmer qu’il s’agissait bien de polypes.

Mais comme toute opération chirurgicale n’est jamais sans risque, l’hystéroscopie opératoire comprend quelques risques qui sont rares mais qui existent quand même. Au cours de l’opération, il y a un risque que l’utérus soit perforé et entraine une hémorragie. Il y a également le risque que la cavité utérine soit infectée et enfin, il y a des risques liés à l’anesthésie, qui, lorsqu’elle est mal dosée, peut entrainer une paralysie ou la mort. Dans cet article, nous parlons de « polype utérin traitement naturel ».

Causes et facteurs de risque du polype de l’utérus

Bien qu’un polype de l’utérus puisse se développer à tout moment, il survient le plus souvent entre 30 et 60 ans. De cause inconnue, les polypes utérins sont sensibles aux œstrogènes, hormone sexuelle jouant sur le fonctionnement de l’endomètre.

Ils sont plus à risque de se développer en cas de surpoids, d’hypertension artérielle ou de prise de tamoxifène, un médicament contre le cancer du sein.

Symptômes du polype de l’utérus

Les polypes de l’utérus sont le plus souvent asymptomatiques et peuvent être diagnostiqués, de manière fortuite, lors d’une échographie pelvienne ou d’une consultation chez le gynécologue.

Ils peuvent provoquer :

Diagnostic du polype de l’utérus

Le polype de l’utérus peut être découvert lors de l’examen clinique par un gynécologue si le polype est visible au niveau du col ou du vagin, ou s’il est suffisamment volumineux pour être palpé.

Une échographie pelvienne, de préférence en première partie de cycle (juste après les règles), permet de visualiser le ou les polypes et de déterminer l’existence d’un lien de cause à effet entre la présence du polype et les symptômes signalés. Le doppler permettra de différencier le polype du fibrome, dont la vascularisation est différente.

L’hystéroscopie est une intervention ambulatoire (sans nuit passée à l’hôpital) qui s’effectue grâce à une caméra (hystéroscope) introduite par le vagin dans l’utérus. Diagnostique, elle permet de préciser le polype utérin en le visualisant directement et peut être associée à une biopsie (prélèvement) de l’endomètre.

Complications et risques du polype de l’utérus

Un polype de l’utérus peut se cancériser dans 0,5 à 1 % des cas, en particulier lors de la ménopause. Seule l’analyse au laboratoire d’une biopsie ou du polype dans son entier après ablation permet le diagnostic de bénignité avec certitude.

Il faut faire attention aux possibles erreurs diagnostiques : un polype utérin peut ressembler à un fibrome ou à un cancer de l’endomètre. Mais à l’inverse, un cancer de l’endomètre peut parfois ressembler à un polype. L’association d’un polype à un cancer de l’endomètre est plus fréquente après la ménopause.

S’il provoque des saignements importants ou prolongés, un polype peut entraîner une anémie. Il peut aussi gêner la fertilité s’il est situé près de l’abouchement des trompes de Fallope dans l’utérus.

Enfin, un polype peut récidiver malgré son ablation.

Traitement du polype de l’utérus

Le traitement du polype de l’utérus consiste en son ablation. Elle peut se discuter si la patiente est asymptomatique et non ménopausée. Elle est faite le plus souvent lors d’une hystéroscopie opératoire, où l’on retire le polype grâce à un résecteur (un instrument coupant) introduit dans l’utérus par le vagin en même temps que l’hystéroscope, caméra qui permet de visualiser l’exérèse du polype.

Chez les femmes qui présentent un risque de cancer (femme ménopausée) ou de récidive (femmes âgées de plus de 45 ans), il peut être souhaitable de retirer toute la muqueuse utérine ou une hystérectomie totale, en conservant ou non les ovaires en fonction de l’âge de la femme. Dans cet article, nous parlons de « polype utérin traitement naturel ».

Après l’intervention, l’ensemble des éléments enlevés est analysé au laboratoire pour s’assurer qu’il s’agit bien de polypes bénins.

Les polypes sont de petites excroissances de muqueuses utérines, c’est-à-dire du tissu qui tapisse l’intérieur de la cavité utérine. Ils sont toujours bénins et ne dégénèrent pas. Par contre, ils peuvent provoquer des troubles des règles, voire des hémorragies. Ils peuvent aussi être responsables d’une infécondité. Leur traitement est simple : il faut les évacuer sous anesthésie générale, en passant par les voies naturelles. Le polype de l’utérus ne dégénère pas. Le cancer de l’utérus est une entité à part qui n’a pas pour premier stade le polype de l’utérus.

A lire :

traitement naturel contre les polype utérin

polype intestinal : traitement naturel

soigner l’endométriose naturellement

traitement naturel des fibromes de l’utérus

traitement naturel contre les myomes de l’utérus

soigner naturellement l’éjaculation précoce